Je n’irai pas voir Éperdument.

Je n’irais pas voir Éperdument.

Deuxième film de Pierre Godeau avec Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos, sortit en salle ce mercredi (02/03/2016) et inspiré de l’histoire d’amour vécue entre la femme qui a servi d’appât dans l’affaire d’Ilan Halimi, et le directeur de la prison qui l’a retenu prisonnière 6 petites années.

Reprendre un fait divers aussi violent et marquant, dans le contexte actuel, après à peine 10 ans de cicatrisation, délicat mais pourquoi pas ? Il faut avouer que le sujet est fascinant : une femme en prison pour avoir séduit et manipulé, séduit (et manipule ?) le directeur de celle-ci. Les possibilités de traitement sont larges mais celui choisit est à la limite de l’insulte.

Choisir de se dédouaner au point de ne jamais l’évoquer dans le film aurait pu être un parti pris intéressant mais s’en servir en même temps, et uniquement, lors de la campagne promotionnelle, ça c’est immonde !

Donner un visage à la femme qui représente l’un des actes les plus emblématiques de la lâcheté et de la fourberie raciste, pour l’assimiler à une simple passion amoureuse d’une gamine qui séduit un vieux con frustré, qui finit par tromper sa femme, perdre son travail et être incarcéré à son tour (Oups je vous ai « spoilé » la réalité).

Un scénario ordinaire, familier voire traditionnel du pan le plus pauvre du cinéma français, appliqué à un acte aussi épouvantable. Merde, on en est là ?

Il y’a des sujets qu’on ne peut banaliser ou traiter qu’à moitié. Soit utiliser le fait divers sans parallèles avec la réalité. Soit assumer le contexte, et dans ce cas, assumer les choix éthiques, moraux et même politiques.

Mais non, ils ont choisis de ne pas choisir. Eh bien moi je le fais à leur place, éthiquement, moralement et politiquement : je n’irais pas voir Éperdument.

28 réflexions sur “Je n’irai pas voir Éperdument.

  1. Plaire ou ne pas plaire, telle est la question souvent posée avant d’entrée et seule la vision et son analyse personnelle détermine la réponse. je ne lis ni n’écoute les commentaires par principe ayant été souvent confronté a un avis positif alors que je ne voyais que du négatif et vis versa. Les gouts et couleurs ….

    Aimé par 1 personne

  2. C’est le souvent dilemme quand la touche artistique (et donc personnelle par essence) vient se mêler de faits réels et historiques, surtout lorsqu’ils sont aussi marquants, tant ils sont abjects. Or aussi c’est ignominie qui fascine… tant le public qui le cinéaste qui a le talent de l’exploiter (artistiquement et economiquement). Alors à qui la faute? Le public qui aime le sulfureux ou l’artiste qui lui en donne? Un dilemme vieux comme celui des origines de la poule et l’oeuf pour le quelle les consciences personnelles et collectives ont à se questionner. Bravo d’avoir jeter le paver, ou cracher dans la soupe :-), ça permet au moins d’y réfléchir à deux fois…

    Aimé par 1 personne

  3. Eh bien moi je n’irais pas le voir tout simplement parce que je ne supporte pas ces deux acteurs. Bon je reconnais que Guillaume Gallienne a beaucoup de talent mais depuis que j’ai eu l’occasion de le rencontrer je l’ai trouver très désagréable et condescendant !

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense qu’il faut tout de même réussir à oublier l’image que ces acteurs peuvent dégager en ITW ou même dans la « vraie » vie. Les deux peuvent être tout à fait énervant, chacun dans un genre très opposé, je vous le conçois.
      Mais Adèle Exarchopoulos a un talent immense et indéniable. Pour Guillaume Galienne par contre je suis moins enthousiaste…

      J'aime

    2. J’aurais tendance à penser le contraire, je trouve qu’Adèle ne dégage rien sur l’écran. Je n’accroche pas mais surement ne l’ai-je pas vu dans LE rôle.

      J'aime

    3. Ah on rentre dans un aspect purement subjectif. Sa prestation dans « La vie d’Adèle » a suffit pour que je tombe sur le charme.

      J'aime

  4. Je n’irai pas voir ce film non plus pour les mêmes raisons. Je me souviens avoir lu des articles de presse à l’époque de ce scandale et j’avais compris que cette jeune femme avait manipulé le directeur de la prison du début jusqu’à la fin. Point d’histoire d’amour là-dedans, on parle bien d’une histoire de manipulation. Si l’on veut parler d’amour alors oui, à sens unique. J’ai le sentiment qu’encore une fois le cinéma nous raconte…du cinéma. Et je ne peux m’empêcher de penser à la famille Halimi…

    Aimé par 1 personne

  5. Lorsque j’ai visualisé la bande annonce et bien qu’il ne fasse ja-mais se contenter d’une bande annonce, je me suis dis :  » Bon. On ne va pas prendre l’histoire au sérieux et mettre tout sur les fesses de Adele.  » Dommage. Parce que les acteurs sont plutôt bons, mais je pense surtout que le côté réa ne sera pas maîtrisé pour un sujet de ce type.

    Aimé par 1 personne

  6. Il y a des films qui assument leurs point de vue et sont interdits(censurés)…(c’est beau la démocratie n’est ce pas?)de salle. Peut être avaient ils peur d’être mis a l écart? Exemple récemment le film Merci patron mais aussi Bang Gang ont été bannis de la majorité des salles mais aussi deux films sur Djihad. Voici la b.a de Merci Patron http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19560135&cfilm=243117.html
    Mais je pense que pour bien critiquer et donner son avais a un film faut quand même aller le voir car on peut avoir des bonnes ou mauvaises surprises même si la bande d annonce donne l impression de déja vu. Par exemple The revenant a la bande d annonce avait l air d un film classique de vengeance au milieu de nulle part mais ne laissait pas penser a autant de violence…..Entre la scène du grizili et la scène ou il découpe le cheval pour dormir dedans………..C’est de la charcuterie gratuite non mentionné a la ba. C’est une mauvaise surprise car beaucoup de gens étaient choqués et gènes par ces scène. Dans le même contexte Éperdument peut être une surprise sans le bon sens…..ou pas….

    Aimé par 1 personne

    1. La peur ne doit jamais prendre le dessus sur rien. Le cinéma est un art qui doit prendre des risques, pas se conformer par peur.
      De plus les films que vous citez sont particuliers : « Merci Patron » est un documentaire quasi reportage, sa distribution est donc bien moins simple ; et « Bang Gang ». Mais à la limite je les préfère car il y a une réelle prise de risque.
      Ensuite ce que je critique sur « Eperdument », ce n’est pas le film en lui-même mais le contexte. Le voir ou non ne change donc rien. Les acteurs y sont probablement géniaux. Mais c’est moralement que je ne peux adhérer !
      Enfin je n’ai pas vu The Revenant encore, nous pourrons debrieffer à ce moment là mais la bande annonce dégage déjà une originalité esthétique que très peu de films ont….

      Aimé par 1 personne

    2. Je comprend mieux maintenant. Votre avis est tout a fait respectable. Pour Mecr Patron il a été très contesté aussi et peu de cinémas ont osé le diffuser( je ne l’ai pas vu ceci étant dit lol) mais ça montre que documentaire ou pas il doit quand même parler de choses qui fâchent et moins de gens sont au courant mieux c’est. Eperdument c’est une histoire qui a vraiment eu lieu alors la véritable histoire on ne la sera jamais ou alors on pourra la savoir que dans 40 ans un peu comme les affaires classés top secrètes. Mais après comme ça été très bien dit au dessus l’amour est imprevisible et ce n’est pas interdit un amour comme ça, enfin il est interdit peut être par la société mais si deux personnes s’aiment que la société l’approuve ou pas elles s’aimeront au tant qu’elles le pourront avec les conséquences qui vont avec.

      Aimé par 1 personne

    3. Mais nous sommes d’accord, l’amour est la chose la plus importante et aussi inexplicable de la Terre. Je n’interdis rien du tout, je n’en ai aucun droit. Toute histoire d’amour (sincère) a le droit d’exister mais il n’est pas forcément pertinent de la raconter. Il n’y a pas eu de film sur l’histoire d’amour passionnée entre Ben Laden et sa femme ahah même si leur amour était peut-être ponctué de faits infiniment beaux 😀

      Aimé par 1 personne

    4. Lol effectivement très bien vu….Ola mais vous savez faire un film sur Ben Landen c’est comme faire un film sur Tonton Poutine et sa famille…sa femme ses deux filles….lol oups attention ça va faire un scandale de dire du bien de mon cher tonton Poutine. Lol explications en tant que grec orthodoxe et etant moitié grec moitié suisse ayant des amitiés avec des Russes ça fait que je ne suis pas très d’accord avec tout le mal qu on dit de tonton Poutine mais bon la on sort du sujet et on part sur de la géopolitique… En espérant que vous n’allez pas me détester parce que j’aime tonton Poutine. Bonne soirée

      J'aime

  7. C’est un avis personnel et a ce titre ne doit engager que celle-celui qui l’écrit… peut-être est-il partial, nul n’est parfait. Quoi qu’il en soit, il existe et a ce titre doit pouvoir être vu par qui le souhaite …
    Assez de celles-ceux , critiques, associations de toutes obédiences, juristes, etc. qui entendent donner leur accord pour voir, lire, entendre, tel ou tel film, pièce, livre, expo, débat, ou concert.

    J'aime

    1. Cher monsieur, un titre qui comporte le pronom « je », marque déjà l’idée assumée d’un avis personnel. Il s’agit donc bien d’une critique subjective qui n’est imposé à personne et à aucun moment essaye d’interdire quoique ce soit.
      De plus ce n’est pas parce que quelque chose existe, qu’il mérite d’exister. Les exemples sont légion.
      Enfin votre blog s’appelle « libre jugement – libres propos » mais vous venez me dire « assez de critiques » sur le mien : n’y voyez-vous pas une contradiction ?

      Aimé par 2 people

    2. Non je ne dis pas comme vous l’affirmez un peu vite « assez de critiques » mais bien le contraire, chacune-chacun doit avoir libre opinion. Par contre exemple du film de Abdellatif Kechiche – La vie d’adèle – ayant perdu son visa d’exploitation par la volonté d’un juriste aidé d’une association est a dénoncer. D’autres part ce qui existe, existe, et chacune-chacun peut en avoir une lecture, c’est heureusement la possibilité dans un état démocratique.

      J'aime

    3. J’ai dû mal interpréter la phrase : « Assez de ceux (…) qui entendent donner leur accord ». J’avoue ne pas y lire, malgré plusieurs tentatives, une défense de la liberté d’opinion.
      La vie d’Adèle est un film extraordinaire et jusqu’au-boutiste qui n’a fait aucun compromis moral par peur de heurter. Abdellatif Kechiche a assumé les responsabilités qui découlent du récit d’une histoire d’amour homosexuelle et a fait naitre un chef d’oeuvre qui, malgré interdictions et controverses, remporte un succès tant critique que public.
      Ce qui existe, existe, mais il n’est pas forcément positif ou pertinent que ce soit le cas. La maladie existe, le racisme existe, la violence existe (liste non exhaustive) : pensez-vous que ça ne sont pas des choses à combattre malgré tout ?

      J'aime

  8. Moi ce film m’intrigue, meme le fait en lui même qui c’est passé il y a quelques années de ça.. Prison ou pas le coeur a parfois c’est raison que la raison ignore comme on dit si bien et meme derrière les barreaux un humain reste avec un coeur donc ce qui c’est passé peut être choquant mais il y a des sentiments qui ne se contrôlent pas parfois..

    Intriguer de voir ce film

    Aimé par 4 people

    1. Je suis complètement d’accord avec vous sur l’intérêt des thèmes évoqués et sur la belle histoire que peut faire naitre un amour carcéral impossible. Mais ce n’est pas cela que je critique, mais plutôt l’inconscience des personnes qui ont fait ce film en revendiquant une inspiration tout en balayant de la main les responsabilités qui en découlent naturellement.

      Aimé par 1 personne

    2. Je partage aussi ce point de vue. Ça intrigue de voir comment un homme sensé avoir toute sa tête peut tomber dans un tel engrenage de bassesses? Mais je comprends aussi l’indignation que cela peut susciter tout en me disant que même si ce n’est qu’un film il peut aussi contribuer à faire qu’on oublie jamais ce crime barbare, raciste et antisémite !

      Aimé par 2 people

  9. Certes, quand j’ai vu la bande annonce et une interview, quand j’ai su le sujet, mon sentiment était proche du votre. Cependant, condamner un film (une œuvre en générale) sans l’avoir vu, quelle qu’elle soit, par principe, me gène. D’autant qu’il y a deux acteurs assez remarquables. Maintenant, votre réflexion me parait pertinente, et je sais par expérience que souvent le cinéma français pèche par frilosité et manque de prise de risques. C’est aussi la résultante de conditions économiques.

    Aimé par 2 people

    1. Je suis persuadé que les deux acteurs seront brillants et il est fort possible qu’il y ait des aspects intéressants développés dans ce film, mais comme tu dis Francis, il s’agit bien d’opposition par principe. Car en effet, ce n’est pas le film lui-même que je critique, mais encore une fois l’insouciance qui frôle l’amateurisme des têtes (en théorie) pensantes qui composent l’équipe du film.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s