Réaction à la réforme de l’orthographe

A tous les insurgés du jour : le plus beau geste qu‘ils peuvent faire pour la langue française c’est de ne pas l’empêcher d’évoluer. Ils passent leur temps à vouloir l’évolution des choses mais un rafraîchissement quelconque les indigne déjà. S’ils commençaient par lire les articles entièrement, ils sauraient que des mots garderont leur accent. Et s’ils aiment tant les circonflexes, qu’ils ouvrent des livres, ils en trouveront des tas.

31 réflexions sur “Réaction à la réforme de l’orthographe

  1. La réforme de l’orthographe, ça fait beaucoup jaser! Ca fait aussi beaucoup causer!
    Vous voulez mon avis? Non? Eh ben, je vous le donne quand même…
    Une tempête dans un verre d’eau et une réforme bien inutile!
    Les langues naissent, évoluent et disparaissent.
    Dans l’Empire Romain, la langue officielle, imposée aux nations conquises a été le latin. Les langues locales ont vaguement subsisté avant de disparaître complètement.

    index

    Dans la Gaule, qui n’était pas encore la France, le gaulois a progressivement disparu, en laissant quelques idiomes, qui se sont intégré à la nouvelle langue. Au cours des siècles, le latin a évolué sous l’influence de la langue orale et a fini par donner naissance à une nouvelle langue, le français. Le même phénomène s’est produit dans les pays voisins, ce qui a donné naissance à des langues-sœurs, appelées langues romanes, parce qu’elles étaient toutes du latin, parlé par les Romains et ayant évolué au cours des siècles. Et le latin est devenu une langue morte, plus parlée par personne, mais dont les textes, écrits en latin classique, ont perduré, ce latin qui fait souffrir nos chères têtes blondes, qui ont eu l’outrecuidance de choisir cette option, élitiste, dirait notre chère Ministre de l’Education Nationale.
    Eh bien, il est en train de se passer exactement la même chose avec le français, qui est en train de devenir une langue morte, seulement accessible à quelques savants, sous l’effet de la langue orale, espèce de franglais qui continue à évoluer. On assiste en fait à la naissance d’une nouvelle langue, une langue SMS, une langue Internet (Regardez l’orthographe rigolote utilisée sur les réseaux sociaux! Elle se rapproche d’une langue phonétique, c’est-à-dire qu’on écrit comme ça se prononce, en faisant fi de la grammaire, de l’orthographe classique et de l’histoire de la langue!). Certes, on peut le regretter, mais c’est comme cela!
    Donc, plutôt que de réformer l’orthographe du français, il vaudrait mieux figer notre langue classique, du moins à l’écrit et, pour le reste, laisser les choses se faire. De toute manière, l’évolution est inéluctable et il est bien inutile de l’accompagner. Par contre, si l’on fige la langue écrite, elle témoignera, pour ceux que cela intéressera, clercs ou savants, futurs élèves qui prendront l’option français, de l’histoire de notre langue et de l’histoire tout court!
    Sinon, si l’on touche à l’orthographe, à la graphie, dans quelque temps -pas si éloigné que cela!-, plus personne n’aura plus accès à la littérature française, qui disparaîtra cette fois définitivement!
    Nul passéisme de ma part, seulement un constat!
    Je vous laisse méditer là-dessus…

    Aimé par 3 people

  2. Il ne faut pas oublier qu’en 1990 l’orthographe française a déjà été «simplifiée» et que le but était de lui enlever l’étiquette de langue « difficile » pour qu’elle soit plus et mieux parlée dans le monde…il faut savoir aussi que l’Académie espagnole va dans le même sens pour simplifier l’espagnol, pourtant considéré comme une langue plus accessible que le français. On est face à un appauvrissement intellectuel ou à une normalisation plus adaptée au monde actuel?

    Aimé par 4 people

  3. Personnellement je n’ai pas d’avis tranché sur la question, la langue évolue c’est un fait, c’est normal, mais je pense qu’il y a quand même un problème de fond. On ne peut pas dire que cette réforme soit tout à fait anodine, ce n’est pas la même chose qu’ajouter des mots au dictionnaire par exemple. Cela aura sûrement très peu de répercussions, parce que ça ne concerne qu’une petite part de tous les mots du dictionnaire, pourtant je ne peux pas m’empêcher de penser qu’accepter deux orthographes d’un même mot va créer une différence entre les gens qui utilisent « l’ancien » et « le nouveau » mot, qu’on va trouver l’un plus « intelligent ». (plus à tort qu’à raison peut-être !) Je pense qu’il y aurait bien plus d’intérêt à apprendre correctement aux enfants à lire et à écrire (les méthodes actuelles d’apprentissage de mots par cœur plutôt que des sons et des syllabes est un vrai désastre) qu’à réformer l’orthographe de quelques mots juste parce que ça a l’air plus « pratique ». Toutes les langues ont leurs subtilités, certes le français n’est pas la plus facile de toutes, mais la lecture régulière permet de s’améliorer considérablement, même quand on a du mal. Je pense qu’il serait aussi pas mal de préciser qu’il y a toujours une différence entre langue parlée et langue écrite. Quand on parle on peut se permettre d’être plus relâché, c’est plus rapide, parfois plus efficace. Mais à l’écrit, la rigueur (moi qui n’aime pourtant pas tellement ce mot) est plus agréable, quitte à faire des phrases plus courtes et utiliser des mots plus simples. En fait j’ai l’impression (peut-être fausse) qu’on modifie certains mots à cause d’un trop grand nombre de personnes qui n’a jamais fait l’effort de bien les écrire. En anglais aussi il y a pleins d’exceptions phonétiques, mais j’ai pas l’impression qu’on change l’orthographe des mots pour autant.
    M’enfin moi je trouve ça marrant de voir des gens (qui, on est d’accord, se foutent juste de la gueule du monde) créer des orthographes bidons sur facebook 😀 « pwaro » ; « wazo », etc.

    Aimé par 2 people

    1. Changer l’orthographe et modifier certaines règles qui manquent de logique, il faut l’avouer, ne doit pas être interpréter comme une détérioration de la richesse d’une langue ou le rejet d’efforts fais par ceux qui s’efforcent d’appliquer ces règles. La langue française n’est pas riche par la complexité de ses mots mais par leur immense variété ! Donc ne vous en faites pas, l’écrit français restera l’écrit français !

      J'aime

  4. J’applaudis 🙂

    Heureusement qu’il y a les Décodeurs pour remettre les points sur les i. J’ai vu des trucs hallucinants circuler : autant je suis nénuphar ou je suis oignon lancé par des humoristes cyniques c’est rigolo, autant je suis circonflexe, mais wtf, surtout de la part de personnes qui pour gagner du temps ne l’utilisent même plus quand ils écrivent depuis leurs smartphones. J’ai vu passer une pétition pour demander la démission de notre ministre de l’EN parce qu’elle est responsable de la « mort de l’orthographe » (on peut lui reprocher plein de choses si on en a envie, mais la réforme elle existe depuis un bail maintenant quand même…)…

    Bref, ça fait du bien de lire un peu de bon sens dans toute cette hystérie complètement montée en épingle !

    Aimé par 1 personne

  5. Comme je te rejoins totalement sur le fait de lire les articles ! C’est l’une des choses qui me désole le plus avec internet, le fait que les gens commentent et s’emballent en lisant simplement le titre des articles… S’en est effrayant ! On ne prend plus le temps de rien. Il faut être le premier à liker, à commenter, sans lire, sans prendre le temps de réfléchir… Où va t-on ? Je ne sais pas bien mais on y va. :-/

    Aimé par 2 people

    1. Oui entre ceux qui lisent que les titres et ceux qui croient tout ce qu’ils lisent même si c’est le contenu d’un commentaire Facebook, ça fait beaucoup de versions d’une même info ! Mais tout ça va se simplifier avec le temps – comme la langue française – ne vous en faites pas 🙂

      J'aime

  6. il parait qu’on est dans le pays de râleurs….avec un beau chapeau sur mon A de Râleuuuuuuuuurs!
    JAMAIS content….
    on veut du changement…
    et quand on en a….
    PAS CONTENT…
    on dégaine plus vite des partages de « ô scandale » avant même d’avoir lu les réels changement……..
    est-ce un jeu?
    vas-t-il y avoir une journée national du ^ après ça?

    Aimé par 1 personne

  7. Sasha B. : merci n_n.
    J’ai lu ton post 3 fois, oui.
    Je suis la première à clamer que tout est construction sociale.

    Et pourtant, devant cette réforme, ma première pensée fut : mais de qui se moque t-on ! Va t-on amputer les mots de leur histoire ? La Genèse, ce n’est pas l’Apocalypse, il faut un début, un commencement, que diable ! *gonflement fébrile des narines*

    Et puis, j’ai lu ta réaction. Et la cavité qui me sert de cervelle a réagi. Pourquoi pas, d’abord ? Je remets en cause ma pensée ; je vais débattre toute la nuit avec moi-même ! Certains craignent peut-être l’oubli – mais bien des mots sont déjà au cimetière du vocabulaire é_è !

    Aaah ! Je ne sais pas. Quelle conclusion terrible é_è !

    Aimé par 2 people

    1. Bravo déjà pour votre capacité d’évolution de la pensée. C’est une marque d’intelligence qui semble élémentaire que pas tant de personnes n’ont finalement.
      Ensuite il peut être intéressant de rappeler que la langues françaises n’a cessé d’évoluer depuis sa création même, étant d’ailleurs descendante d’autres langues. Il faut accepter le changement. Le traditionalisme et la nostalgie peuvent être le ciment de la stagnation !
      Enfin… qu’a donné votre nuit de réflexioN ? 😀

      J'aime

    2. J’ai pensé au « moy » d’autrefois, devenu « moi ». Par simplicité, oui, et c’est heureux !
      Que dit la réforme : rien de bien épouvantable. L’oignon restera, il aura son petit-frère ognon, l’éthymologie des mots restera, et leur beauté, et leur histoire. Point de révolution là-dedans.
      Encore un coup médiatique pour rien, au fond.
      Bien plus ! Les « twitter » « kiffer » et autres « ambiancer » ne font-ils pas partie de notre vocabulaire actuel ?
      Je suis d’accord avec toi (vous, pardon, j’ai le tutoiement facile @_@) : la langue est un être vivant. Le français bouge et évolue, les mots eux-mêmes évoluent n_n.

      Aimé par 1 personne

    1. …que les rebelles emploient toujours alors 😉
      C’est tellement frustrant, de voir les gens brasser du vent avec cette « fausse » annonce, puisque l’accent circonflexe reste parmi nous… pendant qu’on nous fait passer d’autres réformes, bien grinçantes celles-là… Enfin.

      Aimé par 1 personne

  8. Non, l’accent circonflexe ne va pas disparaître

    Le Monde.fr | 04.02.2016 à 12h48 • Mis à jour le 04.02.2016 à 17h32 | Par Samuel Laurent

    Une réforme de l’orthographe datant de 1990 va être introduite dans tous les manuels scolaires. Mais elle ne fait pas disparaître l’accent circonflexe.
    « La mort de l’accent circonflexe » ; « L’accent circonflexe va disparaître à la rentrée » ; « Adieu circonflexe, la réforme de l’orthographe va s’appliquer en septembre » : voilà quelques-uns des titres qu’on pouvait lire, jeudi 4 février dans la presse. Une nouvelle qui a immédiatement suscité commentaires et traits d’humour sur les réseaux sociaux.

    Le syndicat étudiant UNI et l’observatoire des programmes scolaires ont même publié un communiqué rageur contre la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, qui « se croit autoriser [sic] à bouleverser les règles de l’orthographe et de la langue française ».

    Mais pourquoi ce soudain emballement ? Contacté, le ministère de l’éducation nationale avoue ne pas comprendre : il n’a rien annoncé.

    Tout a commencé avec un article publié par le site de TF1, mercredi 3 février, qui annonçait que « la réforme de l’orthographe votée en 1990 sera [it] appliquée à la rentrée prochaine », sans préciser sa source.

    En 1990, l’Académie française avait planché sur une grande révision du français, afin d’en simplifier l’apprentissage. Cette réforme proposait une série de modifications : harmonisations lexicales (« charriot » avec deux « r » pour être similaire à « charrette »), regroupement de noms composés (« portemonnaie » plutôt que « porte-monnaie ») et suppression de certains particularismes, dont l’accent circonflexe.

    Cette réforme, violemment combattue et qui avait suscité des débats passionnés, n’avait pas de caractère obligatoire. Elle constituait une série de suggestions. Et, si la plupart des dictionnaires les proposent comme graphie alternative, dans l’enseignement proprement dit, elle est restée lettre morte durant un quart de siècle.
    Une réforme en place depuis… 2008

    Alors d’où vient la nouveauté ? En réalité, elle date de… 2008. A cette date, un Bulletin officiel de l’éducation nationale venait rappeler que « l’orthographe révisée est la référence ». Ce que confirme par exemple le site de l’académie de Grenoble, qui indique que « les programmes 2007 (…) imposent aux profs d’enseigner l’orthographe révisée ».

    Dans la réforme des programmes intervenue fin 2015, on trouve la même mention : « Les textes qui suivent appliquent les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française et publiées par le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990. »

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/02/04/non-l-accent-circonflexe-ne-va-pas-disparaitre_4859439_4355770.html#oucQSioXMqCuHTBt.99

    Aimé par 1 personne

    1. Bref, beaucoup de bruit pour rien, encore une fois. Il faut rappeler que l’orthographe d’avant 1990 ne devient pas fautive par l’introduction de ces nouvelles règles. Qu’il ne s’agit pas pour les enseignants de consacrer spécialement des leçons dans le but d’enseigner précisément cette réforme. De toute manière, allons-nous écrire charriot si souvent que cela ? J’ai mis du temps, mais je me suis habitué à cette graphie.

      Concernant les mots composés, la nouvelle orthographe a le mérite de la simplicité, mais l’ancienne avait celui de la logique. Un porte-monnaie, des porte-monnaie, parce qu’il n’y a qu’une seule monnaie, et « porte » sans s car c’est un verbe. Maintenant, si vous voulez écrire portemonnaies, cela ne me choque absolument pas.

      De toute manière, réforme ou pas, la langue française restera une langue difficile, puisque la plupart de ses marques grammaticales n’existent qu’à l’écrit et non à l’oral. Pensons au simple -s du pluriel. Pensons que dans « je chante », « tu chantes », « ils chantent », seul l’écrit change.

      Plus de remarques sur Littérature Portes Ouvertes, avec notamment un billet sur tous les pièges du participe passé.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s